'Thematic photos on the 9th priority of Juncker's Commission: A stronger global actor'

‘Thematic photos on the 9th priority of Juncker’s Commission: A stronger global actor’

Jean-Claude Juncker « Nous avons besoin d’une Europe plus forte en matière de politique étrangère. La crise ukrainienne et la situation préoccupante au Proche-Orient montrent combien il est important que l’Europe soit unie sur la scène extérieure. »

Divisés dans un monde mondialisé, les 28 États membres ont une faible influence. Mais réuni, l’Union européenne est la première puissance économique mondiale et possède la deuxième devise du monde, l’euro. Elle est même devenue un acteur clé dans les diverses négociations, sur les questions de politique étrangère et de sécurité. L’UE cherche à résoudre les conflits et promouvoir la bonne entente entre les pays. Sa politique extérieure est fondée sur la diplomatie (soft power), pendant que le commerce, la sécurité et la défense jouent un rôle complémentaire.

Le traité de Lisbonne, entrée en vigueur en 2009 définit l’action de l’UE en matière d’aide au développement. Elle a la particularité d’être le premier bailleur de fonds au niveau mondial en faveur de l’aide au développement avec « la réduction et, à terme, l’éradication de la pauvreté » (art. 208 du TFUE). L’UE soutient également « le développement durable sur le plan économique, social et environnemental » (art. 21 TUE). Par ailleurs, elle promeut « l’État de droit, l’universalité des droits de l’homme, le respect de la dignité humaine.. et le respect des principes de la charte des Nations unies et du droit international » (art. 21 TUE).

Récemment, la crise politique en Ukraine et les troubles au Moyen-Orient ont clairement montré que l’UE doit renforcer sa politique étrangère commune. Ainsi, l’UE concentre ses efforts sur le soutien au processus de réforme global en Ukraine, en mettant en œuvre un programme de soutien doté de 11 milliards d’euros. Concernant la crise syrienne, l’UE a mobilisé plus de 4 milliards d’euros d’aide humanitaire et au développement depuis le début du conflit en Syrie, faisant de l’Europe le plus grand bailleur de fonds.

D’autre part, l’UE a conclu des partenariats avec de nombreux acteurs mondiaux, veillant à des avantages mutuels. Les objectifs sont les suivants :

  • Renforcer la synergie entre les Etats membres dans le domaine des marchés publics de la défense.
  • Apporter la paix et la stabilité aux pays du voisinage européen et poursuivre les négociations d’élargissement, notamment avec les Balkans occidentaux.
  • Permettre aux gouvernements des pays qui le souhaitent de mettre en commun leurs capacités de défense et de participer à des missions communes de l’UE.

Actualité en 2016 :

La Commission a signé la toute première déclaration commune UE-OTAN et redouble d’efforts pour contrer les menaces hybrides et les cyberattaques. Elle apporte un soutien à l’intégrité territoriale, à la souveraineté et à l’indépendance de l’Ukraine.  Elle continue d’appuyer les reformes du pays et a proposé de lever l’obligation de visa pour les ressortissants ukrainiens se rendant dans l’espace Schengen.

Concernant les Balkans occidentaux, la Commission a facilité le dialogue entre Belgrade et Pristina (Serbie-Kosovo), permettant à ces deux pays de progresser sur la voie du rapprochement avec l’UE. Le Montenegro et la Serbie ont ouvert de nouveaux chapitres dans les négociations d’adhésion. L’accord de stabilisation et d’association avec le Kosovo est entré en vigueur en avril 2016.

De plus, la Commission a présenté une nouvelle stratégie concernant sa relation avec la Chine, qui vise à améliorer l’accès au marché chinois et à promouvoir la coopération sur les enjeux mondiaux. Elle a également conclu des négociations avec Cuba pour dialogue politique de coopération.

Enfin, l’UE a joué un rôle moteur dans l’élaboration du programme de développement durable à l’horizon 2030. L’UE donne plus de la moitié de l’aide publique au développement et reste le premier donateur d’aide dans le monde. En 2015, l’UE et ses États membres ont fourni 68 milliards d’euros d’aide publique au développement, bien plus que les Etats-Unis, le Japon ou tout autre donateur.