Prendre en compte le nouveau contexte mondial, répondre aux défis économiques, sociaux et environnementaux, améliorer le fonctionnement des institutions de l'Union européenne avec l'augmentation du nombre d'Etats membres, telles sont les raisons qui ont guidé les Etats membres dans l'élaboration du Traité de Lisbonne.

Le traité de Lisbonne a été signé par les 27 États membres de l’Union européenne le 13 décembre 2007. Il est entré en vigueur le 1er décembre 2009, après avoir été ratifié par l’ensemble des États membres conformément à leurs procédures nationales.

 

Pourquoi un nouveau Traité ?

 

L’UE a changé. Depuis sa création, le nombre d’États membres a été multiplié par quatre. Il a presque doublé au cours de la dernière décennie.

Le monde évolue rapidement aussi. L’Europe du XXIe siècle se trouve confrontée à des défi s de très grande ampleur: crise économique, changement climatique, développement durable, sécurité énergétique et lutte contre la criminalité transfrontalière internationale.

Les États membres qui ont pris part à l’élaboration du traité de Lisbonne ont reconnu que les traités existants n’apportaient pas à l’Union les outils dont elle a besoin pour relever ces défis et affronter ces changements.

  • Le traité de Lisbonne modifie et met à jour les traités antérieurs.
  • Il prend en compte l’élargissement de l’Union — de 6 États membres fondateurs à 27 États membres aujourd’hui — et les nombreuses évolutions de ces cinquante dernières années.
  • Le traité de Lisbonne améliorera les méthodes de travail de l’Union pour qu’elle fonctionne le plus effi cacement possible au XXIe siècle.
  • Il permet à l’UE de mieux servir les intérêts des citoyens et donne à ces derniers la possibilité d’avoir directement voix au chapitre sur les questions européennes grâce au nouveau droit d’initiative citoyenne.
  • Il protège les droits qui vous sont conférés par la charte des droits fondamentaux.
  • Il renforce le rôle du Parlement européen et donne de nouveaux pouvoirs aux parlements nationaux.
  • Il permet une prise de décision plus effi cace au niveau européen.
  • Il aide l’UE à parler d’une seule voix dans le monde.
  • Il introduit de nouvelles mesures pour résoudre des questions urgentes touchant à notre qualité de vie, comme le changement climatique, la criminalité transfrontalière et l’énergie.
  • Il protège les droits de chaque État membre, en particulier dans des domaines sensibles comme la fiscalité et la défense.