erasmus

Au cours de l’année 2017, Erasmus devenu Erasmus + fête ses 30 ans. Notre Centre d’information Europe Direct Pyrénées Languedoc-Roussillon tient à rendre hommage au succès de ce programme, incontournable dans l’Union Européenne.

Dès les années 70, l’éducation s’est emparée du sujet européen avec la nécessité d’une coordination entre les pays membres de la Communauté européenne. De nombreuses personnes rêvaient d’une Europe des citoyens. En 1984 au sommet de Fontainebleau, les chefs d’Etat et de gouvernement ont pris conscience de cet enjeu. Mais c’est réellement sous la Commission de Jacques Delors que le projet a vu le jour en 1987.

Les débuts du programme Erasmus étaient difficiles. D’une part en raison de la coordination de la législation pour la reconnaissance des diplômes, mais aussi, de la part d’universités récitantes face à de tels échanges. Le financement des bourses posait aussi une difficulté.

Après un début en douceur et un succès relatif (auprès des enseignants), le programme a connu son essor étudiant dès 1990. Aujourd’hui, ce sont près de 5 millions d’Européens qui ont participé à un des programmes Erasmus +. En 2014, sa modernisation a permis de regrouper l’ensemble des anciens programmes dédié à l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport (dont Erasmus, Leonardo,Comenius, SVE). Il permet ainsi de toucher de nouveaux publics tels que les apprentis, les chômeurs, et même les migrants. Malgré le risque d’une dispersion, l’objectif étant sa démocratisation et son accessibilité

La question du financement reste aujourd’hui délicate. Le député européen Alain Lamassoure s’est battu pour le maintien d’Erasmus. Aujourd’hui pour la période 2014-2020, le programme est doté d’un budget de 16,4 milliards d’euros. Les procédures administratives sont également jugées lentes et contraignantes. Mais c’est aussi un gage de sérieux du programme. Depuis 2014, elles ont même été allégées et les efforts se poursuivent autour de leurs dématérialisations.

Selon une enquête Eurobaromètre de mai 2016, 64 % des Français et 61 % des Européens ne souhaitent pas étudier, suivre une formation ou travailler dans un autre pays européen que le sien. Les apprentis français de niveau CAP-BEP ou bac, n’étaient en 2015 que 4 500 à être partis en séjours courts pour la moyenne. Ce résultat contraste avec la recommandation du programme par 90 % de ses bénéficiaires. Il semble donc opportun d’intensifier le dialogue avec les chambres de métiers et des entreprises, d’expliquer l’avantage du dispositif sur une longue durée. Mais aussi pour tout public. Erasmus + permet de tisser des liens entre étudiants de différents pays, d’étoffer sa formation, ses compétences linguistiques et de se développer personnellement. Les universités elles-mêmes apprennent à se connaître, à travailler ensemble, au-delà des frontières.

Notre Centre permet d’envoyer des jeunes de 17 à 30 ans dans le cadre du Service Volontaire Européen (SVE). Nous sommes mobilisés pour poursuivre notre travail de communication et de sensibilisation.

Si vous êtes dans les Pyrénées-Orientales et intéressés par le programme Erasmus +, vous pouvez nous contacter : contact@europe-direct.fr