Ce mercredi 14 septembre 2016, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a prononcé son deuxième discours sur l’État de l’Union devant le Parlement européen réuni en session plénière à Strasbourg.

Chaque annédiscours_soteue, en septembre, le président de la Commission européenne prononce devant le Parlement européen son discours sur l’état de l’Union, dans lequel il dresse le bilan de l’année écoulée et présente les priorités pour l’année à venir. Il y expose également la manière dont la Commission s’attaquera aux défis les plus pressants de l’Union européenne. Le discours est suivi d’un débat en plénière. C’est ainsi que débute le dialogue avec le Parlement et le Conseil en vue de préparer le programme de travail de la Commission pour l’année suivante.

Inscrit dans le traité de Lisbonne, le discours sur l’état de l’Union est prévu dans l’accord-cadre de 2010 sur les relations entre le Parlement européen et la Commission européenne. Cet accord prévoit également que le président envoie une lettre d’intention au président du Parlement européen et à la présidence du Conseil afin de présenter en détail les mesures législatives, et d’autres initiatives, que la Commission entend prendre avant la fin de l’année suivante (en l’occurrence, 2017).

Cette publication, qui comprend la version faisant foi de son discours sur l’état de l’Union 2016, la lettre d’intention et un rapport sur l’état d’avancement des 10 priorités de la Commission, donne une image complète de l’état de l’Union en 2016, à travers le regard du président Juncker.

Elle constitue la contribution de la Commission européenne à la réunion informelle des 27 chefs d’État ou de gouvernement, prévue à Bratislava le 16 septembre 2016.