La Commission lance le corps européen de solidarité 

Lors de son discours sur l’état de l’Union le 4 septembre 2016, le président de la Commission Jean-Claude Juncker évoqua la nécessité de donner aux jeunes le moyen de « contribuer utilement à la société et montrer leur solidarité« , ajoutant que « la solidarité est le ciment de notre Union» et qu’il « veux que ce corps européen de solidarité soit opérationnel dès que possible… je veux voir les 100 000 premiers jeunes volontaires à l’œuvre d’ici 2020« .

Mais qu’est-ce que concrètement le corps européen de solidarité ? 

Le corps européen de solidarité, qui sera lancée le 7 décembre entre la Commission, un large éventail d’organisations et de nombreux jeunes.

En plus des dispositifs de mobilité existants (SVE..), le corps européen de solidarité offrira aux jeunes européens de nouvelles possibilités axées sur la solidarité dans l’ensemble de l’Europe. Les participants pourront aussi aider, apprendre, développer et acquérir des compétences appréciables au début de leur carrière.

Il concerne les jeunes âgés de 18 à 30 dans le cadre d’un volontariat, d’un stage, d’un apprentissage ou d’un travail si les ù besoins sont pressants. Les missions dureront entre deux mois et un an. Dans le cas d’un placement professionnel, la durée minimale d’un emploi sera de quatre mois.

Il faut savoir que toutes les organisations concernées par des activités de volontariat doivent détenir une accréditation valide garantissant leur conformité à la charte du service volontaire européen (SVE), afin de démontrer qu’elles respectent les normes de qualités nécessaires.

Si la personne est recrutée en tant que travailleur salarié, stagiaire ou apprenti dans un autre État membre, cette personne touchera un salaire. Si la personne postule en tant que volontaire, les dépenses de base liées à sa participation sont couverts par la subvention que le service volontaire européen verse à l’organisation concernée.

Mettre en pratique la solidarité et acquérir des compétences  

Le corps européen de solidarité a été imaginé pour offrir un besoin aux communautés vulnérables et aux structures nationales et locales dans un large éventail de domaines, tels que la fourniture de nourriture, l’entretien des forêts ou l’aide à l’intégration des réfugiés.

En soutenant les autres, y compris les plus vulnérables dans nos sociétés et nos communautés, les jeunes ne mettent pas seulement en pratique les valeurs fondamentales de l’UE, mais ils acquièrent également des compétences, notamment linguistiques et une expérience qu’ils pourront faire valoir ultérieurement.

Le corps de solidarité fait partie d’un ensemble complet d’actions ciblant l’emploi et l’éducation des jeunes. Les propositions constituent une première concrétisation des priorités d’action définies dans la feuille de route de Bratislava. Lors du sommet de Bratislava le 16 septembre 2016, les chefs d’État et de gouvernement des 27 États membres de l’UE se sont engagés à prendre, avant la fin de l’année, « des décisions pour aider les États membres à lutter contre le chômage des jeunes ».

Exemple

Un organisme croate travaillant dans une zone ayant connu un conflit accueille plusieurs volontaires originaires de différents États membres de l’Union européenne. Elle organise des activités pour les jeunes de différentes communautés afin de les aider à vivre ensemble en paix. Le fait que ces volontaires ne soient pas originaires de la région leur permet d’être mieux acceptés par les deux communautés et d’avoir un impact plus important.

Pour en savoir plus :

Brochure du Centre Europe Direct Pyrénées Languedoc Roussillon

Site web dédié de la Commission européenne