livre_blanc_banner

La Commission européenne a présenté un livre blanc sur l’avenir de l’Europe, qui constitue sa contribution au sommet de Rome du 25 mars 2017.

Jean-Claude Juncker, l’actuel président de la Commission européenne (qui ne briguera pas un deuxième mandat en 2019) a dévoilé le livre blanc pour préparer l’Union européenne à l’horizon 2025.

Il a détaillé cinq scénarios variant d’une Europe minimaliste à une Europe plus fédéraliste.

Scénario 1: S’inscrire dans la continuité

L’UE à 27 s’attache à mettre en œuvre son programme de réformes positives, dans l’esprit de la communication de la Commission de 2014 intitulée «Un nouvel élan pour l’Europe» et de la déclaration de Bratislava adoptée en 2016 par l’ensemble des 27 États membres. En 2025, la situation pourrait être la suivante:
Les Européens peuvent certes conduire des voitures automatisées et connectées, mais ils peuvent rencontrer des problèmes lorsqu’ils franchissent une frontière, du fait de la persistance de certains obstacles juridiques et techniques.
Les Européens franchissent généralement les frontières sans devoir s’arrêter pour subir des vérifications. Des contrôles de sécurité renforcés supposent d’arriver à l’aéroport ou à la gare bien avant l’heure du départ.

Scénario 2: Rien d’autre que le marché unique

L’UE DES 27 se recentre progressivement sur le marché unique, les 27 États membres étant incapables de trouver un terrain d’entente dans un nombre croissant de domaines d’action. En 2025, la situation pourrait être la suivante.
Les contrôles réguliers compliquent le passage des frontières pour les déplacements d’affaires ou de tourisme. Il est plus difficile de trouver un emploi à l’étranger, et le transfert des droits à pension vers un autre pays n’est pas garanti. Tomber malade à l’étranger entraîne des frais médicaux élevés.
Les Européens hésitent à utiliser des voitures connectées, en raison de l’absence de règles et normes techniques à l’échelle de l’UE.

Scénario 3: Ceux qui veulent plus font plus

L’UE à 27 continue comme aujourd’hui, mais permet aux États membres qui le souhaitent de faire plus ensemble dans des domaines spécifiques tels que la défense, la sécurité intérieure ou les affaires sociales. Une ou plusieurs «coalitions de pays volontaires» se dégagent. En 2025, la situation pourrait être la suivante :

– 15 États membres établissent un corps d’officiers de police et de procureurs chargés d’enquêter sur les activités criminelles transfrontières. Les informations de sécurité sont échangées immédiatement car les bases de données sont totalement interconnectées:
-Les voitures connectées sont largement utilisées dans 12 États membres qui sont convenus d’harmoniser leurs règles en matière de responsabilité et leurs normes techniques.

Le concept « l’Europe à plusieurs vitesses » ne date pas d’aujourd’hui. A son époque Jacques Delors (président de la Commission de 1985à 1995) en avait définit les bases. Mais la pratique reste flou. La chancelière allemande, Angela Merkel, l’a retenu il y a quelques semaines et les pays du Benelux ont signé un document commun reprenant cette idée. La relance pourrait s’opérer soit avec les Etats fondateurs ou possédant la monnaie unique. Mais pour quelle politique et avec quel enthousiasme ?

Jean-Claude Juncker est pragmatique. Son but est de maintenir l’unité de l’UE avec plusieurs vitesses ou non.

Scénario 4: Faire moins mais de manière plus efficace

L’UE à 27 concentre ses efforts sur des domaines d’action choisis où elle fournit plus de résultats plus rapidement, et réduit ses interventions dans les secteurs où son action est perçue comme n’ayant pas de valeur ajoutée. Elle centre son attention et ses ressources limitées sur les domaines qu’elle choisit. En 2025, la situation pourrait être la suivante:
-Une autorité européenne des télécommunications sera compétente pour libérer des fréquences aux fins de services de communication transfrontaliers, tels ceux utilisés par les véhicules connectés. Elle protégera également les droits des utilisateurs de la téléphonie mobile et de l’internet où qu’ils se trouvent dans l’UE.
-Une nouvelle Agence européenne de lutte contre le terrorisme contribue à dissuader et à prévenir les attentats graves par le repérage et le signalement systématiques des suspects.

Scénario 5: Faire beaucoup plus ensemble :

Les États membres décident de mettre en commun davantage de pouvoirs, de ressources et de processus décisionnels dans tous les secteurs. Les décisions sont adoptées dans des délais plus courts au niveau européen et sont rapidement mises à exécution. En 2025, la situation pourrait être la suivante:
Des Européens désirant se plaindre d’un projet de turbine éolienne financé par l’UE envisagé dans leur localité n’arrivent pas à joindre l’autorité responsable, car on leur dit de s’adresser aux autorités européennes compétentes.
Il existe des règles européennes claires qui permettent aux voitures connectées de circuler sans discontinuité à travers l’Europe. Les automobilistes peuvent compter sur une agence de l’UE pour faire appliquer les règles.

 

Finalement et en conclusion, M. Juncker, veut faire assumer aux Etats membres et aux européens des choix clairs. S’il n’affirme pas de préférence pour une Europe timide à 27 ou entreprenante à plusieurs vitesses, il souhaite reprendre la barre du bateau soumis à rude épreuve depuis plusieurs mois.

 

Pour en savoir plus

Communiqué de presse et son annexe

Commission européenne – Livre Blanc sur le Futur de l’Europe

Site web: L’UE a 60 ans

L’histoire de l’Europe: 60 ans de progrès partagés

Discours du président Juncker sur l’état de l’Union 2016: Vers une Europe meilleure – Une Europe qui protège, donne les moyens d’agir et défend