Le Parlement Européen

Hier, quarante-sept millions d’électeurs étaient appelés à voter pour élire leur député national. Avec, il faut le regretter, un taux d’abstention record, le mouvement du président de la République Emmanuel Macron La République en marche a obtenu la majorité absolue avec au moins 308 sièges. Avec son allié, le MoDem, la majorité atteint 350 sièges.

En face, une opposition plurielle s’installe menée par la droite (LR, UDI) avec 130 sièges, le Parti socialiste avec 33 sièges, la France Insoumise, le PCF avec 27 sièges …

Parmi ces députés élus, certains avaient déjà un mandat effectif au Parlement européen. Ils seront contraints de laisser leur place. C’est le cas pour le Front national de Marine le Pen ou Louis Aliot (qui devrait laisser sa place à France Jamet). Mais aussi de Bruno Bilde pris dans la tourmente d’emploi fictif. Pour eux, c’est plutôt une bonne nouvelle, car le Parlement européen aura désormais du mal à récupérer le remboursement des sommes dues suite aux différentes enquêtes en cours.

Du côté de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon laisse sa place à Marie-Pierre Vieu.  Constance le Grip pour le parti Les Républicains devra elle-aussi démissionner.

Notons parmi les nouveaux députés à l’Assemblée nationale l’élection d’anciens eurodéputés comme les centristes Jean-Louis Bourlanges et Sophie Auconie et rappelons enfin que Marielle de Sarnez et Sylvie Goulard avaient démissionné de leur mandat au Parlement européen suite à leurs nominations au gouvernement le 17 Mai dernier.